Pourquoi faire de la “Production virtuelle”  ?

Il y a, actuellement,  un véritable enjeu économique, artistique et culturel à être en mesure de créer du contenu visuel intéressant (Video, AR, VR) de façon rapide, récurrente, rentable voir même en collaborant à distance sans se déplacer. 

La production virtuelle permet de faire tout cela.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’utiliser la force des moteurs de jeux en temps réel pour créer un monde virtuel.  Ce monde virtuel va servir de décor à du contenu vidéo et ainsi remplacer la création de décors/d’environnements physiques.  Avec le même matériel, on peut donc passer, en une fraction de secondes ,du journal télévisé, à l’émission d’e-sport  au clip vidéo, à la pièce de théâtre …

Il existe deux façons de faire de la production virtuelle:

1.  Le Led Volume : On utilise un écran Led pour immerger les acteurs dans un univers virtuel projeté autour d’eux.  C’est probablement la technique la plus intéressante pour le cinéma, mais c’est une technologie qui est encore hors de prix (au minimum 500.000 eur)

 

 

 

2.  Le “Real-Time Keying”: qui est en quelque sorte l’évolution de la technique du fond vert.  C’est la technique que nous avons choisi d’utiliser. En voici quelques exemples d’applications : 

Dans le présent document, lorsque nous parlerons de “Production virtuelle” nous considérerons uniquement le cas du “Real-Time – Keying – RTK”

Comment est-ce que cela fonctionne : 

Pour qu’un studio virtuel fonctionne, il faut 6 éléments :

Un univers modélisé en 3D
Un fond vert devant lequel un acteur est filmé
Une caméra qui filme les acteurs sur fond vert
Un système de tracking qui enregistre tous les mouvements de la caméra réelle et les fait correspondre à la caméra virtuelle
Un moteur de jeux qui est capable d’afficher cette scène 3D et d’y incruster les acteurs tout en tenant compte des mouvements de la caméra, le tout en temps réel.
Un puissant ordinateur capable de gérer le tout en temps réel.

Des solutions de ce type existent déjà sur le marché depuis des années, elles sont d’ailleurs utilisées dans les grands événements sportifs.  Le problème c’est qu’elles sont très coûteuses et donc réservées aux grosses productions. 

Or, début 2020, le moteur de Jeu Unreal Engine, à intégrer ces solutions et les a rendues accessibles à tous.  Même si leur utilisation requiert une expérience certaine, cette petite révolution va permettre la création de projets jusqu’alors impossibles.

Pourquoi cherchons nous un partenaire institutionnel/public ?

 

Il y a plusieurs raisons qui nous poussent à penser qu’un partenariat avec un partenaire institutionnel/public est la meilleure option pour ce genre de projet.  En voici les principales  :

Maturité du marché

Comme pour beaucoup de nouvelles technologies, il y a un décalage entre le moment ou il faut être prêt à proposer le service et le moment où le marché est prêt pour l’acheter. Il y a un véritable boom des productions virtuelles outre atlantique et nous pensons que cette tendance va arriver chez nous.  Toutefois il est peu probable qu’un studio de production virtuelle soit rentable avant 2 à 3 ans. Comme l’optimisation et la maîtrise de l’outil nécessitent de travailler sur de nombreux projets avant d’être optimales, nous pensons qu’il faut se préparer et former des gens dès maintenant.

Raison économique

Nous sommes un jeune société autofinancée et nous avons l’expertise technique, mais nous n’avons pas encore la capacité de financer les investissements en matériel qui sont nécessaires pour créer l’outil.  

Projets culturels

Nous pensons qu’un des secteurs qui bénéficierait le plus de cette technologie est le monde de l’art et du spectacle.  Cela lui permettrait également d’exister digitalement malgré des périodes de confinement telles que celle que l’on est en train de traverser et qui pourraient bien se reproduire.  Mettre cet outil à la disposition des artistes pour les aider à être visibles, est un projet qui nous tient à coeur mais qui nécessite inévitablement un soutien du secteur public.

Formation et emploi

Il faut bien comprendre que les technologies utilisées dans un studio de production virtuelle sont globalement les mêmes que celles utilisées dans l’AR et la VR. 

Or, avec des investissements massifs réalisés depuis plus d’un an par les gafas (et en particulier par Facebook), l’AR et la VR vont enfin devenir une réalité pour tous. 

Nous pensons qu’un studio de production virtuelle doit notamment servir d’outil pour la formation de personnel qualifié dans tous ces secteurs à fort potentiel.  C’est pourquoi, idéalement nous souhaitons créer un projet mixte ou des projets financés par le privé permettraient de mettre l’outil à disposition pour de la culture et la formation.

Recherche et développement

Enfin, comme on l’a dit précédemment, c’est un secteur qui vient de voir le jour ce qui laisse de la place à toute une série d’améliorations.  Un projet bien construit prévoirait idéalement de financer une partie de recherche et développement.

Plan financier ?

A ce stade il est impossible d’établir un plan financier sérieux car il faudrait mieux baliser le type de collaboration envisageable.  Le projet doit-il être autonome ou peut-il s’appuyer sur des partenaires existants ?  Doit-il être fixe ou mobile ? Doit-il prévoir de la formation, si oui en quelle proportion ?

A titre tout à fait indicatif, voici les budgets minimums à prévoir pour créer de toute pièce un studio de production virtuelle opérationnel :

Scène en 3D (sur mesure)

5000 eur HTVA

Fond vert

5000 eur HTVA

Caméra, Accessoires, Eclairage

9800 eur HTVA

Système de tracking professionnel

13500 eur HTVA

Ordinateur Haute performance

6000 eur HTVA

Création d’un système de gestion pour Unreal Engine pour faciliter l’utilisation du studio

5000 eur HTVA

TOTAL

44.300 eur HTVA

A ce stade, nous souhaitons insister sur trois éléments :

  1.  Ce budget est le minimum vital pour avoir un outil opérationnel.  Par analogie il s’agit de créer une Citroën et non une Ferrari.
  2. Il est possible de réduire ce budget en optant pour un travail coordonné avec des partenaires pour de la location de matériel, par contre, cela rendra l’outil plus compliqué à utiliser et moins disponible.  Il faut également savoir qu’il y a deux éléments impossibles de trouver à la location : le système de tracking et l’ordinateur haute performance.
  3. Ce budget ne  tient pas compte de la main d’oeuvre pour faire fonctionner l’outil.  A titre indicatif, il est raisonnable de prévoir un minimum de 3 personnes pour faire tourner le studio (un cameraman, un opérateur son et lumière, et un spécialiste Unreal)

Pratiquement ?

Une fois que tous les accords auront été pris et le financement trouvé, nous pensons qu’il est raisonnable de prévoir 3 à 4 mois (hors contraintes Covid) pour que le studio soit opérationnel.

Compétition, projets similaires 
& sources de revenus.

Il existe sur Liège et en Belgique de nombreux studio Fond Vert.  Certains (rares) sont équipés d’un système Zero Densité vendu par la société Dreamwall.  C’est le cas du studio de VEDIA. https://www.vedia.be/www/video/info/televesdre-investit-240-000-a-dans-le-virtuel-et-la-realite-augmentee-pour-son-nouveau-studio_93540_89.html

Le système Zero Densité, bien que basé sur une technologie plus ancienne, moins flexible et plus coûteuse, offre des possibilités de création artistiques similaire à ce que l’on souhaite réaliser.

Notre approche est différente de celle des studios existants à bien des égards :

  •  Nous voulons rendre l’outil accessible au plus grand nombre : non seulement pour la formation, mais aussi pour créer un vivier de nouveaux talents en matière de création de contenu virtuel … car c’est ce qui permettra à Liège de rayonner au delà des frontières
  • Nous voulons un projet mixte : avec des projets privés payants et des projets culturels non ou peu payant.
  • Les studios existants se focalisent sur la création de contenu pour la télévision et le cinéma, nous sommes plus attiré par le développement d’une nouvelle façon de communiquer pour les entreprises et par le fait d’aider le secteur culturel à toucher de nouvelles audiences.

Si on regarde du côté de l’alternative “LED Volume” (voir ci-dessus).

A notre connaissance, il n’existe actuellement en Belgique qu’un seul studio de production virtuelle utilisant la technique du “Led Volume”.  Ce studio est situé dans la région d’Anvers chez AED.  Il a coûté 3.000.000 d’euro et se loue 34.000 eur pour 2 jours.

Le PIL collabore actuellement avec Wallimage et la société Poolpio (Bruxelles) pour mettre en place un LED Volume dédié à la création cinématographique.  Si ce projet ambitieux trouve son financement, il devrait voir le jour à l’horizon 2023.


A titre de comparaison, nous pensons qu’un studio comme celui que nous proposons pourrait se louer +/- 6000 eur HTVA pour 2 jours (4000 eur de location + 2000 eur de main d’oeuvre)

Par ailleurs, une source de revenus pour le studio pourrait également être l’organisation de journées de formation pour les entreprises du secteur audiovisuel. 

Conclusion et enjeux

Nous ne voyons pas ce projet comme une fin en soi, mais comme un point d’entrée vers le monde de la réalité virtuelle et augmentée.  Nous pensons que dans un avenir proche ces technologies seront utilisées dans des concerts, dans des parc d’attractions et même dans des magasins.  Aux Etats-Unis, il existe d’ailleurs déjà une toute nouvelle industrie qui regroupe l’ensemble de ces projets : la “LBE pour Location Based Entertainment”. C’est un des secteurs en pleine expansion. 

D’un point de vue entrepreneurial, nous pensons que la région liégeoise doit prendre ce train qui démarre. D’un point de vue humain nous serions heureux et fiers de participer à l’initiation et à la formation de futurs jeunes talent et d’ainsi contribuer au rayonnement économique et culturel de notre région à travers le monde

Merci d’avoir pris le temps de nous lire.